Degré 4 | 10

van de Kerchove

10 Baudouin van de Kerchove avant 1948.jpg 11 Simonne de la KETHULLE de RYHOVE avant 1948.jpg

degré 410 - Baudouin van de Kerchove Ξ, éc., ° Wavre-Sainte-Catherine 4 avril 1891, † Bruxelles 9 septembre 1977.

Au déclenchement de la Première Guerre mondiale, il fait partie du 3ème Régiment de Lanciers avec le grade de Maréchal de logis et a ses quartiers dans la Langestraat à Bruges. "La mobilisation générale est décrétée le 31 juillet 1914. Après les préparatifs d'usage, dont l’affûtage des sabres à la ‘Brugeoise et Nivelles’, le régiment s'embarque à la gare de Bruges dans la soirée du 3 août, débarque dans la nuit à Tirlemont" avec comme objectif de défendre la Petite Gette.

Baudouin est blessé grièvement, le 10 août 1914 vers 14 heures 10, à Orsmael lors du combat autour de la ‘Hoeve Beckers’, en se portant au secours d'un officier qui vient de tomber sous les balles ennemies. « De luitenant van de Kerckove, ernstig gekwetst aan het been, aan den arm en rakelings door de zijde, viel in de handen der overrompelaars. De dappere overste bevond zich aldus in een benarden, folterende toestand. Den browning-revolver op de borst wilden de Duitschers hem doen roepen : "Leve Duitschland". Dit zou de moedige en koene officier nooit. Liever den dood! Luitenant van de Kerckove verloor zijn tegenwoordigheid van geest niet en deed alsof hij het bewustzijn verloren had. Dit was zijn redding. Hij werd naar het Belgisch militaire pleeghuis van het Rood Kruis overgebracht en zelfs door een Duitsch geneesheer verzorgd” [VIN1920 & HUY1989].

Malgré leur infériorité quantitative et qualitative, et au prix de 29 tués et 32 blessés, les Lanciers belges se battent avec opiniâtreté rompant l’élan et arrêtant la progression des Allemands, ce qui amènera la cavalerie impériale à tenter de contourner l'armée belge par le nord et lui vaudra, le 12, la cuisante défaite de Haelen. Ce fait d’arme donna au Régiment les premières inscriptions brodées sur son étendard (ORSMAEL et GUSSENHOVEN) et sa devise : "Comme à Orsmael, je tiens".

Le 12 août, Baudouin se trouve à l’hôpital de Tirlemont avec « de knie verbrijzeld ». Bien que les Lanciers se défendent courageusement à Orsmael, ils doivent se replier vers la ville fortifiée d’Anvers afin de participer à la défense de cette ville. Au prix de mille difficultés, le 3ème Lanciers continue d’éclairer et de couvrir les unités battant en retraite vers l’Yser.

Les circonstances dans lesquelles Baudouin van de Kerchove est grièvement blessé sur le champ de bataille d’Orsmael deviennent un cas d’école à propos de la protection des blessés en temps de guerre. Son témoignage, enregistré à Gand le 17 août 1914, est repris dans le 14ème Rapport du Comité d’enquête [DAV1915, p41] : « Quartermaster Baudoin van de Kerchove, 3rd Lancers, deposes that after he had been wounded by two German bullets at the battle at Orsmael (10th August, 1914), the Germans maltreated him in spite of his injuries. One of them took his carbine from his hand, whirled it round his head, and inflicted a violent blow on his ribs with it. A second German, seeing that he was still alive, fired on him from a distance of only six feet ; luckily for him the bullet only inflicted a grazing wound on his abdomen ». [Depositions taken at Ghent, 17th August, 1914]

Imparfaitement guéri, et après avoir été soigné en Angleterre de ses nombreuses blessures, Baudouin rejoignit le 3 juillet 1915 le front de l’Yser à sa demande et y resta avec le 3ème Régiment de Lanciers jusqu'au 26 janvier 1918. Lors des années de tranchées, les Lanciers démontés ont abandonné leurs lances et se sont vêtus de kaki.

Baudouin mérita les distinctions suivantes : Chevalier de l’Ordre de Léopold II avec Palmes (Arrêté Royal 2965 du 21 septembre 1915). Croix de Guerre 14-18 avec palmes (A.R. 4301 du 15 septembre 1916). Croix de l’Yser. Croix de feu. Citation à l’Ordre Journalier de l’Armée. Croix de Chevalier de l’Ordre de Léopold II avec palme. Officier de l’Ordre de la Couronne avec Glaives (A.R. 8 avril 1940). Chevalier de l’Ordre de la Couronne avec Glaives (A.R. du 4 avril 1940). Chevalier de l’Ordre de Léopold II avec Glaives (A.R. 3037 du 21 juillet 1949). Croix d’Officier de l’Ordre de Léopold II avec Glaives (5ème Promotion) (A.R. 15604 du 14 novembre 1973).

Le 9 octobre 1968, cinquante ans après la fin de la Première Guerre mondiale, il remit à Bergen-Hohne (République Fédérale d’Allemagne) le Canadian Army Trophy. Le 1er Lanciers, toujours équipés de ses Patton remporte cette compétition interalliée de tir au canon, face déjà aux premiers chars Léopard I de la Panzerbataillon 33 (République Fédérale d’Allemagne), suivi des Royal Scots Greys (Grande-Bretagne), du 43 Tankbataljon (Pays-Bas) et du Lord Strathcona’s Horse (Canada). Cette cérémonie fut transmise à la Radio Télévision belge (RTB).

x Beveren-Waes 18 juillet 1923

degré 411 - Marie-Simonne de la KETHULLE de RYHOVE ( tome 4 | Ancêtreclopédie | de la Kethulle de Ryhove), ° Beveren-Waes 8 septembre 1893, † Mons 3 mars 1983, inh. à Masnuy-Saint-Jean (Jurbise). Ils eurent cinq enfants : Marie-Thérèse (Mère Supérieure de la Congrégation de la Vierge Fidèle à Bruxelles), Ghislaine (conseillère de la Princesse Liliane, seconde épouse du Roi Léopold III, x Edmond Trépagne, volontaire de guerre 1940-1945, prisonnier de guerre), Anne, Alix (aide sociale, x Michel Gilain, entrepreneur, mariage dissous), et Werner (ancien planteur au Congo belge, x Françoise Mertens). Armes : de sable au pal retrait en chef d'argent, soutenu d'une fasce du même, accompagnée de 3 étoiles à six rais d'or, 2 accostant le pal et une en pointe. Lambrequins de sable et d'argent. Cimier, un cygne d'argent essorant, becqué de gueules. Supports : 2 lions d'or, armés et lampassés de gueules. Devise : Gode lof, d'argent sur un listel de sable.

Livre de raison des Séjournet | tome 4 | ANCÊTRECLOPÉDIE Édition | Eric de Séjournet © 2010-2017

Les commentaires sont fermés.